Deby prépare son coup KO…

Depuis quelques semaines, le président tchadien semble avoir perdu le sommeil et des observateurs sont d’accord sur le fait que l’irruption sur la scène politique du jeune leader Succès Masra y est pour quelque chose. Habitué à son opposition interne -un peu terne et molle- Deby se croyait à l’abri, mais c’est sans compter sur le besoin irrépressible de liberté de la jeunesse, principale oubliée de ce long règne stérile. Deby est arrivé au pouvoir par les armes, alors qu’il était le bras droit d’Habré qui avait la démocratie -et donc la contradiction- en horreur. Le temps passe et Deby concentre tous les pouvoirs entre ses mains, faisant du Tchad un pays où les seules institutions qui se nomment Itno, sont chapeautées par le MPS, comme un phénomène de « masses » au sens que lui donne Hannah Arendt, à savoir « des gens qui, soit du fait de leur seul nombre, soit par indifférence, soit pour ces deux raisons, ne peuvent s’intégrer dans aucune organisation fondée sur l’intérêt commun…» Il s’agit de la dictature où l’arbitraire et le coercitif permettent à un seul homme d’accumuler tous les pouvoirs. Le pouvoir n’étant ni partagé, ni contrôlé, les libertés ne sont pas garanties. Le régime est donc dictatorial pour trois éléments :1. Le maintien par la force, avec l’aide d’une armée clanique de combattants -même si le nombre de généraux semble pléthorique ;2. Le régime est autoritaire et arbitraire, car il n’y a aucune garantie de liberté -lors d’une prestation de serment pour devenir ministre, le président avait limogé séance tenante une ministre et nommé verbalement un autre ministre à la place ;3. Le régime n’a pas de légitimité, car l’élection présidentielle a été truquée et les députés ne sont plus élus depuis des années, donc sans mandat.Par ailleurs, Deby semble d’accord avec le diagnostic de tous les tchadiens : le pays est à terre. Or, depuis trente ans, personne d’autre que Deby n’a dirigé le Tchad. Par conséquent, Deby est donc bel et bien le seul responsable de cette déliquescence de l’État : la corruption, les détournements, la gabegie, le népotisme, toutes ces tares qui ont plongé le pays.L’arrivée de la nouvelle opposition réveille chez le président l’instinct des dictateurs : tout faire pour s’accrocher au pouvoir… Dans la panique -et l’impréparation parfois-, Deby tente de copier le jeune leader avec l’objectif de montrer qu’il serait aussi capable de faire, d’où le clin d’œil appuyé à la jeunesse ! N’a-t-il pas nommé de jeunes ministres dans son dernier gouvernement, octroyé des subventions à de jeunes « entrepreneurs » ? D’autre part, Deby n’essaie-t-il pas de donner des gages à son principal partenaire -la France- sur sa capacité d’adaptation (M. Macron, qui est devenu président de la France à 38 ans appréciera-t-il le fait que Deby considère qu’avant 45 ans, on ne peut pas être chef de l’État !)Et le levier idoine est la peur ! La stratégie de Deby est d’user de la peur en gazant tout le monde. Ainsi, des tchadiens terrorisés, lui laisseraient la voie libre à l’éternité de pouvoir, son seul vœu d’existence.Ces dernières semaines, on a vu un déploiement de la violence indescriptible. Pourtant la constitution du Tchad dispose notamment que : « article 17 : La personne humaine est sacrée et inviolable. Tout individu a droit à la vie, à l’intégrité de sa personne, à la sécurité, à la liberté, à la protection de sa vie privée et de ses biens… « Article 18 : Nul ne peut être soumis, ni à des sévices ou traitements dégradants et humiliants, ni à la torture »… « Article 28 : Les libertés d’opinion et d’expression, de communication, de conscience, de religion, de presse, d’association, de réunion, de circulation, de manifestations sont garanties à tous. »Personne n’est dupe ! L’arrivée sur la scène politique du jeune Masra oblige Deby à descendre dans l’arène politique pour essayer de contrôler le calendrier politique. En plus d’apparaître sur les réseaux sociaux (qu’il ne se fatigue pas à censurer), il sillonne ainsi tout le pays -avec les biens de l’État à l’approche des futures élections. Mais personne ne doit le dire et aucun autre prétendant ne peut avoir un millième de ces moyens de l’État. Or, lors de ces déplacements, des populations se réunissent par grappes pour l’accueillir, pendant que des associations affiliées au régime organisent des forums et manifestations -largement couvertes par les médias-, il est formellement interdit toute manifestation autre que celle à la gloire du maréchal sous prétexte de Covid-19. On est donc en droit de se demander si les partisans de Deby sont immunisés naturellement contre cette pandémie ?La Covid-19 est aussi l’épouvantail qu’agite le président pour bâillonner toute voix discordante. Il en est ainsi du couvre-feu interminable que rien ne justifie…Cette injustice n’augure pas des lendemains de paix, même si Deby semble le chanter sur tous les toits. A part ses partisans, personne ne croit à sa volonté de paix, seul l’intéresse le maintien au pouvoir -avec les privilèges qui vont avec ! Dieu seul sait comment on construit la paix sur l’injustice!Empêcher les partis d’opposition de faire leur travail n’est pas démocratique, car la constitution le stipule clairement en son article 4 : « Les partis et les groupements politiques concourent à l’expression du suffrage. Ils se forment et exercent librement leurs activités dans les conditions prévues par la loi et dans le respect des principes de la souveraineté nationale, de l’intégrité territoriale, de l’unité nationale et de la démocratie pluraliste »Les images de sièges de partis pris d’assaut par des « forces de l’ordre », celles de Succès Masra gazé sont révoltantes et indignes. Est-ce que Deby deviendra un jour un chef d’État au lieu d’user uniquement de lâcheté pour intimider et « gouverner » ?Ce comportement est inadmissible et les partenaires du Tchad doivent en tirer les conséquences : Deby et les siens tuent le pays et aucun tchadien digne de ce nom ne doit accepter cette situation.

Laval, le 13 décembre 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s